Allier : qui a eu la peau de l’âne de Mariol ?

En juillet, un âne est retrouvé mort dans la bourgade, oreilles coupées et pattes ligotées. Depuis, les habitants s’interrogent sur ce qui lui est arrivé.

 

Dans un récent journal municipal, Gérard Marsoni apparaît pagaie à la main sur une petite embarcation. La photo de l’édile de Mariol (Allier) a son histoire : elle a été prise en juillet dernier, alors que celui-ci s’apprêtait, avec deux employés de la commune, à transporter un âne mort, oreilles coupées et pattes ligotées. «Il était au bord d’un cours d’eau, à un endroit où un véhicule ne pouvait pas passer. Il fallait donc le transporter d’une rive à une autre. En attendant l’équarrissage, nous avions déposé l’âne mort au stade.» Dans une bâche.

 

Le 17 juillet 2017, Gérard Marsoni a déposé plainte auprès de la gendarmerie de Vichy «contre X, pour sévices graves ou de cruautés envers un animal.» Il dit que l’affaire a un temps turlupiné le village de 800 habitants. D’abord parce qu’il n’y a pas tant d’ânes que cela dans ce coin-ci de l’Allier si ce n’est celui de Mr B.  – comme il l’a signifié à un adjudant — et que la scène renvoie de prime abord à un sacrifice. Les photos en ligne montrent l’équidé allongé, sous le soleil, près d’un cours d’eau et sur la terre, tout cela à Mariol : un poète le raconterait en alexandrins.

 

Et puis, il y a eu la médiatisation nationale, imprévue et sans lendemain aucun. Une dizaine d’articles, plutôt courts, ont évoqué le village à travers un animal défunt et torturé. On le confesse : à l’époque des faits, on a fantasmé, l’espace de quelques secondes, un règlement de comptes entre agriculteurs ou quelque chose d’apparenté – un récit fait de rancœurs immémoriales et donc, de sang. Déformation professionnelle et surtout, billevesées.

 

Lire la suite…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
36 ⁄ 9 =


Posted by: Drakweb on

Étiquettes :