Lesgor (40) : qui s’en prend aux chats ?

La propriétaire d’un chat blessé par un tir de carabine a porté plainte et signale plusieurs disparitions de félins sur la commune

Il y a quelques jours, la consternation mêlée d’une sourde colère s’est emparée des membres de la famille Pavic, à Lesgor. Haribo, leur chat de race, type sacré de Birmanie, est rentré à la maison gravement « plombé » d’un projectile, coincé dans l’articulation, ce qui a entraîné une fracture complexe. « Nous avons dû le faire opérer dans une clinique vétérinaire spécialisée de Biarritz », explique la propriétaire de l’animal. Résultat, quatre jours d’hospitalisation, puis une infection de la plaie, qui a nécessité la pose de drains.
1 130 euros de frais

 

Par bonheur, Haribo, que les enfants adorent, a pu être sauvé, même s’il restera handicapé à vie. Outre le coût de l’intervention et des soins (1 129 euros), c’est le procédé qui révolte la famille. « Un chat est un animal domestique et le fait qu’il se promène en dehors de son domicile ne fait pas de lui un animal sauvage », rappelle la propriétaire, qui est allée déposer plainte contre X à la brigade de gendarmerie de Tartas.

Mais ce n’est pas tout : soutenue par l’Association Les Amis des chats du Pays tarusate, elle est allée glisser un tract avec la photographie de Haribo, sur son lit de souffrance, dans chacune des boîtes aux lettres de la commune, mettant ainsi l’auteur des faits, pour l’heure inconnu, face à ses responsabilités et invitant chacun à davantage de civisme.

 
Lire la suite…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 ⁄ 13 =


Posted by: Drakweb on

Étiquettes :