Gâtine Une chasse à courre perturbée

hunt saboatge

Samedi 3 mars, à l’invitation de l’Association du Chilleau, le Rallye Pigerat chassait le renard à courre dans la commune de Vasles.

 

Vingt-cinq personnes encagoulées, activistes anti-chasse, auraient alors agressé des chasseurs.

 

La gendarmerie de Parthenay a dû intervenir à deux reprises pour évacuer les assaillants et relever les identités. Plusieurs plaintes ont été déposées pour délit d’entrave à une action de chasse, coups et blessures ayant entraîné une ITT supérieure à 48 heures, voies de fait et violation de la propriété privée.

 

source http://www.courrierdelouest.fr

 

 

Dans l’Oise, une tribune pour soutenir les anti-chasse à courre

ava

Jean-Luc Mélenchon ou encore Rémi Gaillard figurent parmi les signataires du texte publié ce mardi.

 

Quarante-cinq personnalités et associations ont cosigné ce mardi une tribune sur le site d’informations Mediapart pour apporter leur soutien au collectif Abolissons la vénerie aujourd’hui (AVA). « Un mouvement contre la chasse à courre [qui] subit des pressions inadmissibles », écrivent les signataires, parmi lesquels figurent, entre autres, l’ex patronne du Medef Laurence Parisot, le député (LFI), Jean-Luc Mélenchon, l’humoriste Rémi Gaillard ou le journaliste et écrivain Aymeric Caron.

 

Dans cette tribune en forme de soutien aux anti-chasse à courre, les signataires demandent à ce que « le mouvement ne soit pas écrasé par la représentation étatique ».

 

Une référence, notamment, à la présence du préfet de l’Oise, Louis Le Franc, en forêt de Compiègne aux côtés des veneurs, au début du mois de février.

Cette tribune vient illustrer, une nouvelle fois, la dimension très politique des tensions qui se font jour dans le département depuis plusieurs mois.

source http://www.leparisien.fr

 

 

Chasse à courre : la polémique rebondit à Coye-la-Forêt

chasse à courre

L’abattage d’un cerf aux abords du château de la commune suscite de vives réactions d’habitants. Ils réclament à leur tour l’abolition de la pratique.

 

Après Compiègne, c’est en forêt de Chantilly que la chasse à courre crée la polémique. A Coye-la-Forêt, pour être précis, où une partie s’est achevée, le mardi 20 février, par la mort d’un cerf à proximité du château. Une scène qui s’est déroulée en présence de nombreux témoins, dont la plupart n’a pas apprécié le spectacle. Depuis, la grogne ne cesse de monter.

 

« Existe-t-il un arrêté interdisant la chasse à courre dans la commune ? interroge ainsi Kelly. Cela éviterait de retrouver des chiens au milieu de la rue et surtout de croiser ce genre de scène macabre en pleine ville, devant le château de Coye où beaucoup de familles se promènent et viennent voir les chevaux. »

« Il en va de la sérénité des habitants »

 

Cette habitante de Coye-la-Forêt s’émeut surtout pour des questions de sécurité. « Le cerf a été abattu d’un coup de fusil tiré très proche des habitations. Il en va de la sérénité des habitants. » Plusieurs témoins de la scène abondent : « Nous y étions avec mon fils de 3 ans, raconte par exemple Lætitia. Une véritable scène d’horreur ! On s’est senti en danger, vraiment. »

 

Les veneurs mis en cause parlent là d’une vision très exagérée. « Nous n’avons pas envahi la commune et le cerf a été tué sur une propriété privée où nous avions le droit de suite et l’accord de la propriétaire, souligne Jean-Luc Van Der Hauwaërt, responsable de la sécurité de l’équipage du Rallye des trois forêts. Nous avons croisé deux dames en repartant, devant le château. Je comprends que l’on puisse être contre la chasse à courre, mais il ne faut pas inventer de problème là où il n’y en a pas. »

Lire la suite…