Gruissan : un dauphin échoué par la tempête mutilé pour son rostre.

le-dauphin

Macabre découverte pour l’association Aude Nature. Un dauphin échoué lors du coup de mer de jeudi dernier sur la plage de la Vieille Nouvelle a été mutilé.

 

 » Sa tête a été coupée, probablement pour conserver son crâne et le rostre, le museau de l’animal »  explique stupéfait Dominique Clément de l’association Aude Nature. La présence du mammifère marin n’a rien de surprenant, il s’agit d’un dauphin bleu et blanc, un des plus communs en Méditerranée.

 

Il s’est échoué comme cela se produit parfois sur le littoral audois, notamment lors d’un coup de mer où les courants sont particulièrement forts pour ramener un animal mort au large.  » Il a été découvert sur la plage de la Vieille Nouvelle, on nous a transmis une première photo où on le voit bien en entier.

 

Mais lorsque nous y sommes allés, sa tête avait été découpée de manière très nette » explique Dominique Clément qui fait partie des rares personnes habilitées sur la commune de Gruissan à pouvoir faire des relevés sur les animaux en pareil cas.  » Il faut savoir qu’il est strictement interdit par la loi de toucher à ce mammifère marin mort. C’est une espèce protégée. Il existe toujours un risque sanitaire », rappelle le bénévole.

 

Lire la suite…

 

 

Comment la France extermine ses dauphins

seashepherd

Sea Shepherd lance l´Opération « Dolphin ByCatch » pour alerter sur le sort des dauphins le long des côtes françaises.

En France, sur les seules côtes de Vendée et Charente Maritime sur la seule période de Janvier à Mars, c’est une moyenne de 6000 dauphins (et jusqu’à 10 000 d’après les estimations de Pelagis) qui sont tués par les chalutiers pélagiques pêchant en bœuf (filet traîné par deux chalutiers) mais aussi par les grands chalutiers industriels à grande ouverture verticale. C’est bien plus que les massacres des îles Féroé et de la baie de Taiji (Japon) combinés.

Ces navires pêchent principalement le bar, sur les zones de frayère et en pleine période de reproduction. Si l’espèce du bar est-elle même menacée de ce fait, les dauphins en font également les frais. Le Bob Barker, navire de Sea Shepherd, en patrouille sur le plateau de Rochebonne le week-end dernier a pu filmer, les chalutiers Jérémi Simon et Prométhée en train de remonter leur filet avec à l’intérieur deux dauphins pris au piège. L’un des dauphins semblait déjà mort noyé mais l’autre, encore vivant émettait des sifflements de détresse que l’on peut entendre sur la vidéo. Les deux dauphins ont été montés à bord d’un des deux navires et n’ont pas été rejetés à la mer devant notre équipage. Cette scène macabre se reproduit toutes les nuits, toute l’année le long de la côte, avec un pic entre janvier et mars.

 

Vers une disparition des dauphins le long de nos côtes ?

L’observatoire Pelagis basé à La Rochelle lance des bouteilles à la mer depuis plusieurs années sans être entendu. Dans un rapport de 2016 signé par le CNRS, Pélagis et l’université de la Rochelle, il est clairement stipulé que la mortalité infligée aux dauphins par les bateaux de pêche met en péril la survie de la population à moyen terme. Les mammifères marins sont particulièrement vulnérables, avec une faible fécondité et une grande sensibilité à la pollution chimique et plastique, ils doivent aussi affronter la raréfaction de leur nourriture en raison de la surpêche. Si nous voulons encore voir des dauphins en France demain, il est donc urgent de prendre des mesures drastiques de protection dès aujourd’hui. Pour l’instant, l’Etat fait la sourde oreille à toutes les alertes des scientifiques sur le sujet et les pêcheurs impliqués profitent de l’ignorance du grand public.

 

Lire la suite…