Une grande bataille gagnée pour Maya

maya

La préfecture du Lot-et-Garonne demande au cirque qui détient Maya de lui trouver un lieu de retraite. Nous proposons de la transférer dans un sanctuaire.

 

Un vétérinaire vient de faire une expertise de Maya sur ordre de la préfète suite à notre demande. Et il arrive aux mêmes conclusions que nos experts sur l’état de l’éléphante. Cela confirme ce que nous affirmons depuis des mois : contrairement à ce que proclament le cirque et ses soutiens, Maya va mal.

 

Son alimentation est inadaptée à ses besoins, elle souffre des pattes, elle avait un abcès à l’époque de la visite (donc après la date de traitement annoncée par l’avocat du cirque…). Et le vétérinaire annonce clairement dans son bilan: « considérant son âge avancé, Maya exige des conditions d’élevage stables avec des pauses de plus en plus longues entre des trajets plus courts », et dans sa lettre au cirque, la directrice départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations ajoute: « ce qui semble difficilement compatible avec votre activité ».

 

Nous avons reçu la copie de cette lettre envoyée au cirque par la DDPP (Direction départementale de la protection des populations), à la suite de notre courrier du 27 février dernier, date à laquelle un signalement nous prévenait que Maya était à Alès enfermée dans sa remorque. Et ce, alors même qu’au Tribunal de Grande Instance de Strasbourg, les circassiens détenant Maya avaient affirmé qu’elle était en retraite dans le Lot-et-Garonne. Nous nous étions alors émus qu’elle se retrouve sur la route à peine plus une semaine après.

 

Depuis six mois, nous avons réservé une place pour Maya au sanctuaire pour éléphants, Elephant Haven, que nous avions aidé d’une généreuse donation pour l’achat du terrain et des bâtiments en 2016. Nous sommes donc à la disposition du cirque pour prendre en charge Maya et l’accompagner dans son nouveau lieu de vie, où elle bénéficiera de toutes les attentions recommandées par l’expert : marche lente, étirements,… A l’abri, loin du bitume et des routes.

 

source https://one-voice.fr