Pourquoi la Suisse interdit de plonger les homards dans l’eau bouillante

homard

Le gouvernement a interdit cette pratique culinaire, précisant que les homards devront désormais être assommés avant d’être mis à mort.

 

C’est une victoire pour les défenseurs des droits des animaux. A compter de ce jeudi 1er mars, les homards ne pourront plus être plongés vivants dans l’eau bouillante en Suisse.

 

Le gouvernement suisse a interdit cette pratique culinaire, le 10 janvier dernier, en adaptant plusieurs ordonnances fédérales du domaine vétérinaire.

 

Dans le cadre d’une révision des lois relatives à la protection des animaux, le gouvernement fédéral souligne que les homards « devront désormais être étourdis avant d’être mis à mort ». Selon la télévision publique RTS, seuls les chocs électriques ou « la destruction mécanique du cerveau » seront autorisés.

 

Selon cette même ordonnance, les crustacés ne pourront plus non plus être transportés sur de la glace ou de l’eau glacée et devront être maintenus dans leur « environnement naturel », et ce dans un souci de confort du homard durant son transport et sa détention.

 

« On peut entendre les cognements du homard contre la paroi »

 

Les homards souffrent-ils lorsqu’ils sont plongés dans l’eau bouillante ? La question fait régulièrement débat.

 

Comme le rappelait le Huffington Post en 2014, le sujet taraudait déjà l’écrivain américain David Foster Wallace en 2000. « Même en couvrant la marmite et en s’en détournant, on peut entendre les cognements et claquements du homard contre la paroi. Ou encore les pinces de la créature raclant la marmite. En d’autres termes, le homard se comporte pas mal comme vous et moi si nous étions plongés dans de l’eau bouillante », observait-il, après s’être rendu à un festival du homard organisé dans l’Etat du Maine.

Lire la suite…