Le « coupeur » de chien est-il un monstre ? … Ou un pauvre gars « à la ramasse » ?

tribunal

Ile de la Réunion

Pour les faits : l’histoire, en juin 2017, avait défrayé grave la chronique. Notre collègue Prisca avait raconté comment un éleveur de cabris d’Étang-Salé avait assaisonné à coups de sabre un petit Royal-Bourbon qui ne lui avait rien fait, le laissant gravement blessé dans l’herbe. La petite bête avait dû être amputée d’une patte, celle-ci ne tenant plus, c’est le cas de le dire, que par un fil.

 

« Lu la morde le zépaule mon bouc »

 

L’auteur, P.L., petit rasta barbu sans profession, éleveur de cabris, se présentait ce matin à la barre du tribunal de Saint-Pierre. Son attitude ne plaide guère en sa faveur : mauvaise volonté (ou incapacité ?) à répondre à la présidente Dinot,  tic consistant à triturer sans cesse une barbe très fournie, « pose » nonchalante, tout ça exaspère manifestement. Son CV judiciaire ? Plein de condamnations pour usage de zamal, violences, dégradations, violences avec armes, etc.

 

Pourtant, au fil des débats, on est bien forcé de se demander si cet irascible petit bonhomme est vraiment conscient de la gravité de ses actes ?

 

P.L. n’a jamais travaillé. Jusqu’ici, pour vivoter, il élevait des cabris, qu’il emmenait régulièrement en promenade avec un sabre à cannes très affûté, outil, dit-il, pour couper de l’herbe et des acacias pour ses bêtes.

 

Ce jour du 26 juin 2017, du côté de l’étang du Gol, coin de fourrés et de hautes herbes, il croise la route de P.C., lequel, membre d’une société de protection des animaux, promène les chiens qu’il a chez lui car il est « famille d’accueil » pour clebs abandonnés ou martyrisés.

 

Ce n’est pas la première fois que les deux troupeaux et leurs deux gardiens se croisent. Mais cette fois, cela va virer à l’aigre. Puis à l’amer carrément.

 

« Mwin té veux jus’ fé court le bébête »

 

P.C. laisse musarder, sans laisse, les quelque 5 ou 6 chiens qu’il a avec lui. Alors que les deux compagnies viennent de se croiser, il entend des hurlements de douleur ; il se précipite et trouve un de ses petits copains couché dans les hautes herbes, les pattes avant sérieusement endommagées.

 

Lire la suite…