Var : des promeneurs tuent un chiot à coups de pieds, une pétition lancée pour les retrouver

jack

Noé, un Jack Russel de quelques mois, a perdu la vie dimanche 4 mars dans la forêt de Janas, à la Seyne (Var).

 

Le chiot a été frappé à coups de pied par des promeneurs rapporte Nice Matin qui s’est procuré le témoignage du propriétaire de l’animal. « Une dame est partie se balader en forêt, lorsqu’elle est passée au niveau de notre propriété. Notre premier chien, Noé, est passé par un trou (creusé autour de la clôture du jardinet par des sangliers) et s’est mis à la suivre. Notre deuxième chien est aussi sorti et les a rattrapés. Arrivée au niveau de la forêt, la dame a pris le chemin qui mène au parking de Janas. Elle avait devant elle un groupe de quatre personnes. Nos chiens sont allés vers ce groupe car ces gens avaient eux-mêmes des chiens. La dame a alors vu une des femmes du groupe éloigner le chien avec son pied, jusque-là sans force. Puis elle a entendu dire: « Il nous fait chi…, on ne va pas pouvoir se balader tranquille » »

 

Une plainte déposée

 

Le propriétaire du chien explique ensuite que la dame a entendu des « aboiements stridents » au moment où elle repartait en arrière. Elle a alors fait demi-tour et a retrouvé le chiot dans un fossé, « inerte, mais vivant » avec du sang qui coulait de sa bouche. La dame a identifié les propriétaires grâce au collier de l’animal et ces dernier l’ont amené au vétérinaire qui n’a rien pu faire. Noé est décédé d’une hémorragie interne et d’un décollement de la plèvre selon le professionnel.

 

Lire la suite…

 

 

Trois animaux morts au cirque Medrano à Orléans

cirque medrano

Trois animaux du cirque Medrano, morts en seulement quelques jours. En début de semaine, c’est une tigresse de douze ans, atteinte d’une insuffisance rénale qui a été euthanasiée sur ordre d’une vétérinaire.

 

Mais l’animal n’est pas mort dans le Loiret, affirme Christophe Herry, le directeur artistique du cirque : ‘La tigresse n’est pas morte à Orléans mais à Nantes. Elle a été transportée dans la ville orléanaise car l’équarrisseur se trouve là-bas. » Une version confirmée par les services de l’État et les vétérinaires, qui n’ont relevé aucune trace de maltraitance.

La thèse de l’intoxication

 

Ce jeudi, alors que le cirque venait d’arriver à Orléans, c’est un zébu qui est mort, « brutalement, pris de convulsions, qui s’est effondré » détaille le docteur vétérinaire Vincent Bosquet. C’est lui qui est intervenu pour le lama : « Vendredi, j’ai été appelé vers 15h30. L’animal n’était pas en forme, et le temps que j’arrive, il est décédé.

Deux heures avant il allait bien ! C’est très évocateur d’une intoxication, en espérant que ce ne soit pas un acte de malveillance, mais ça reste hautement probable. »

 

Le vétérinaire a par ailleurs inspecté les réserves de nourriture et n’y a rien découvert de suspect. Il écarte aussi la thèse de la maltraitance : « J’ai examiné l’ensemble des animaux trois fois en l’espace de 24 heures, et ils sont tous dans un état parfait. »

 

Ce serait hyper bizarre que des animalistes s’attaquent à des animaux !

 

Si la thèse de l’intoxication est pour le moment privilégiée par le vétérinaire, les associations de protection animale qui manifestent devant le cirque contre la captivité de ces animaux sauvages, assurent n’y être pour rien : Alexandra Morette, représentante régionale 269Life : « Ce serait hyper bizarre que des animalistes s’attaquent à des animaux ! Ça irait à l’encontre de tout ce qu’on défend. On est tellement proches de la victoire que l’on n’a pas besoin d’intoxiquer des animaux pour gagner. »

 

Dans la nuit de vendredi à samedi, un troisième incident a eu lieu, à l’issue moins tragique. Deux dromadaires ont été pris de tremblements, mais ils ont été soignés à temps et sont tirés d’affaire.

 

lire la suite…