Cirques avec animaux : tensions dans les communes qui les refusent

chameaux

De nombreuses municipalités se positionnent contre l’accueil des cirques avec animaux sauvages. Le mouvement prend même de l’ampleur, en dépit de l’absence totale de réaction au sommet de l’Etat concernant une interdiction au plan national. Un silence dont profitent les circassiens qui font de la résistance. 30millionsdamis.fr fait le point.

 

Saint-Denis, en région parisienne. Sur la place du 8 mai 45 on peut apercevoir des tigres enfermés dans des cages minuscules (7/3/2018). Pourtant, le 21 décembre 2017, le Conseil municipal de la ville s’est prononcé contre la tenue de spectacles itinérants avec animaux sauvages sur la commune. Mais le cirque Europa a décidé d’aller à l’encontre de cette volonté…

 

La mairie de Saint-Denis s’estime trompée

 

« Ils nous ont contacté en janvier pour demander une occupation de voierie en nous assurant par écrit ne pas posséder d’animaux sauvages, confie la Mairie dionysienne à 30millionsdamis.fr. Mais depuis leur installation, des habitants nous ont alerté sur la présence de fauves. Nous avons pris un arrêté leur demandant de ne plus occuper le terrain mais ils refusent de partir. Nous nous apprêtons donc à contacter la police nationale. Les choses devraient s’accélérer dans les prochaines heures… » Outre quatre tigres, des chameaux et des poneys sont également présents sur le site.

 

L’impuissance de la mairie de Paris

Deux semaines plus tôt, c’est la capitale qui a été prise de court par l’installation forcée du cirque Crone, Porte de Pantin dans le 19e arrondissement. Ou plutôt du cirque Olympique, ou Olympia… Car l’établissement a récemment opéré un curieux changement de nom. « Ces modifications de nom sont courants, rapporte l’association Code Animal, spécialiste des cirques. Cela leur permet de renforcer une certaine opacité. Ainsi, ils sont plus difficilement suivis par les militants de la cause animale et les services vétérinaires. Cela rend certaines enquêtes impossibles. »

 

Lire la suite…

 

 

Une pétition contre l’utilisation d’animaux à la fête foraine d’Albi

poneys

Un étudiant albigeois a lancé une pétition contre « l’utilisation d’animaux » sur la fête foraine d’Albi. Valentin qui s’est rendu sur la fête jeudi dernier, s’est dit outré de voir « des poneys et ânes attachés dans un manège pour divertir des enfants ». Après en avoir parlé à d’autres étudiants de son école, il a décidé de lancer une pétition sur le site internet «citoyen» avaaz.org.

 

Le titre : « Mairie d’Albi : la fin des animaux exploités dans la fête foraine ».

 

« Avoir des animaux qui tournent en rond toute la journée pour divertir les enfants, je trouve ça choquant. Lorsque j’étais plus jeune, j’ai déjà fait du poney, mais c’était dans un parc, il y avait de l’espace. »

 

Une pétition pour l’année prochaine

 

Valentin dit que les animaux semblaient bien traités : « Il y avait de la nourriture et de l’eau » mais il espère que son texte servira pour l’année prochaine.

La pétition a déjà obtenu un millier de signatures depuis vendredi. « Elle est destinée à la mairie d’Albi concernant la fête foraine de l’année prochaine, celle-ci s’étant finie dimanche. Il faudrait que la mairie l’interdise pour l’année prochaine» espère t-il .

 

Source