Une pétition pour sauver les daims, l’État assume leur « destruction »

Cette histoire est devenue le symbole de la gestion de la faune sauvage, critiquée par les uns, assumée par les autres. En France, quand un animal « exotique » est dans la nature, il est souvent tué pour ne pas déséquilibrer l’ordre naturel local.

Ainsi quatre daims, aperçus dans la commune nord-ardéchoise de Préaux en décembre dernier, doivent être « détruits » (terme officiel) dans les plus brefs délais.

 

Un arrêté préfectoral du 27 février appelle les lieutenants de louveterie à abattre ces animaux non autorisés dans la nature française. D’un côté, la réglementation officielle est appliquée par les services de l’État ardéchois.

 

De l’autre, une partie de l’opinion publique s’émeut de cette issue extrême et appelle à sauver les cervidés en les recasant dans un parc privé…

 

Une pétition a été mise en ligne aujourd’hui en ce sens.

 

En attendant de savoir si cette mobilisation changera quelque chose au sort des daims ardéchois, la Direction départementale des territoires (État) répond, dans le journal de ce mercredi, à vos nombreuses questions sur les réseaux sociaux.

 

Une manière de démystifier le sujet et mieux comprendre les enjeux de la présence ou non de daims sur le territoire ardéchois.

 

Lien source

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
42 ⁄ 21 =


Posted by: Drakweb on

Étiquettes : ,